J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

dimanche 29 mars 2009

A force de m'écrire


A force de m'écrire
Je me découvre un peu
Je recherche l'Autre

J'aperçois au loin
La femme que j'ai été
Je discerne ses gestes
Je glisse sur ses défauts
Je pénètre à l'intérieur
D'une conscience évanouie
J'explore son regard
Comme ses nuits

Je dépiste et dénude un ciel
Sans réponse et sans voix
Je parcours d'autres domaines
J'invente mon langage
Et m'évade en Poésie

Retombée sur ma Terre
J'y répète à voix basse
Inventions et souvenirs

A force de m'écrire
Je me découvre un peu
Et je retrouve l'Autre.

Andrée Chedid

"Femme à la fenêtre" est une reproduction de Caspar David Friedrich

2 commentaires:

Michelangelo a dit…

Que de force dans cette douceur et que d'obstination dans la recherche de l'autre.
"A force de m'écrire
Je me découvre un peu
Et je retrouve l'Autre."
Quelle sobriété pour dire ce qui nous pousse à écrire et, en même temps, que la connaissance de soi et la rencontre de l'autre sont à ce point liées.

Laura a dit…

Sobriété et force , c'est tout à fait cela. C'est ce qu'il faut développer dans l'écriture....
A bientôt